Gâteau arc-en-ciel rapide

IMG_5107Invitation de dernière minute et comme d’habitude, vous êtes de « corvée » dessert. Parce qu’on sait que vous aimez ça et que ce sera, si ce n’est délicieux, au moins mangeable. Mais quelle recette combine goût, rapidité d’exécution, ingrédients simple et look tape-à-l’œil?

Le gâteau arc-en-ciel de Christelle Huet-Gomez!

(cliquez pour voir la recette!)

Grand vainqueur de la recette « je-suis-maman-donc-j’ai-pas-le-temps »…et si vous aimez tout ce qui est petit poney, magie et petites fées, en plus, vous allez adorer le cuisiner.

IMG_5095Que d’émerveillement lors du mélange des couleurs…et les possibilités sont infinies! Enfin, limitées par la taille de votre plat, quand même.

Et si vous avez une soirée girly ou une vente de charité au Bingo Les Bingoudis, la recette est déclinable en cupcakes❤ Attention à diminuer le temps de cuisson à peu près de moitié dans ce cas.

IMG_1275N’hésitez pas à partager votre version de l’arc-en-ciel!

Au flan coco / Nîmes

DSCN1620

Premiers beaux rayons de soleil, premier restaurant en terrasse dans le Sud!

C’est à Nîmes que j’ai découvert Au Flan coco 21 rue du Grand couvent. Atmosphère chic avec dominante de beige, touches de rouge, murs en pierre et terrasse intérieure pour l’été. Un menu du midi abordable (16.50 pour entrée/plat/dessert : rapport qualité prix -et quantité- très correct) et une spécialité salée délicieuse, la Pat’à Coco, une tourte aux pommes de terres fondante avec une garniture de saison.

La carte des desserts est alléchante et j’ai du faire le choix du café gourmand afin de tester plusieurs douceurs. Au programme : un flan coco, un crumble aux pommes et une verrine fraisier. Rien à redire: c’est simple mais maîtrisé, c’est gourmand ET léger, fin ET goûteux, pas trop de sucre, aucun bémol! J’y retournerai pour goûter au cheesecake citron vert qui m’attirait aussi.

A noter : un service impeccable et chaleureux! Que du bonheur.

Allez vous perdre dans les petites ruelles de Nïmes pour découvrir ce petit bijou qui satisfera vos estomacs pointilleux!

 

Cécile

Inspiration Fantastik

IMG_5012IMG_5014

Quel gâteau pour fêter les 5 ans d’un couple? Surtout quand il s’agit du sien…Je laisse tomber la pâte à sucre et je m’inspire du visuel des Fantastiks de Michalak.

Le résultat : un pain de gênes garni de crémeux chocolat, de chantilly mascarpone et de poires au sirop à l’amaretto. Bancal au niveau de l’esthétique (manque de maîtrise de la poche à douille surtout..!) il était vraiment délicieux à la dégustation. Je vous conseille ce genre de gâteau si vous débutez la pâtisserie. Simple et efficace, il permet de travailler plusieurs techniques de base et de tester des idées déco. Pour ma part, je recommencerai avec l’arrivée des fruits d’été pour obtenir un visuel coloré🙂

D’ici là je me rachèterai des douilles plus belles et du papier non alvéolé pour mon chocolat…

Si la recette vous intéresse, un petit com et je vous l’envoie.

 

 

Cécile

 

Deux mois, déjà?!

IMG_4869

Que le temps passe vite…des invitations à droite, à gauche, des sorties, des anniversaires et puis un jour voilà, on se rend compte que l’on n’a pas écrit sur son blog depuis deux mois! Alors, que s’est-il passé ces derniers mois?

Tout d’abord, beaucoup de lecture. Boulimie de livres alimentée notamment par mon fiancé qui m’a offert une dizaine de livres pour la Saint Valentin (il me connaît bien, le bougre). Le temps de shooter toutes ces beautés sous leur meilleur jour et je vous inonde d’idées lecture pour le printemps!

Pas de découvertes pâtissières en boutique (budget oblige) mais du pâtissage at home. Sur la photo ci-dessus, les gâteaux pour l’anniversaire de mon fils : torta caprese (recette de Fou de pâtisserie) , tourte aux blettes et tarte mangue ananas par mon homme, bain des cochons (recette de Marie Chioca ), monstre vanille-speculoos et petits cupcakes vanille et madeleines matcha-chocolat par moi-même. Le bain des cochons c’est vraiment top pour les enfants, attention cependant au cercle que vous utilisez quand vous versez la ganache…Mon bain a bien failli se vider totalement dans l’assiette à cause des fuites! Pour le monstre, ma recette trouvée sur le net de cake vanille + pâte de spéculoos n’était malheureusement pas une réussite, trop sèche, sans trop d’intérêt.

J’ai également « pâte à sucré » pour un ami :

DSCN1584

 

Son bonheur étant de faire la tournée des petits villages de France et de se faire prendre en photo devant les panneaux les annonçant, tel un glorieux chevalier, cela m’a évidemment inspiré…. Mon écriture est bancale mais à ma décharge, je n’ai aucun matériel à pâte à sucre. Je travaille à l’arrache, avec un rouleau classique, du papier sulfu, de la maïzena et un couteau aiguisé. On m’a gentiment offert un petit pot de colle alimentaire et j’ai quelques moules (cf les fleurs photos ci-dessus). J’ai juste investi dans ce pot énorme , finalement plus économique que les petites quantités. Paraît-il aussi que cette marque est la Rolls Royce de la pâte à sucre, comme la Lexus chez Toyota, rien de comparable. Personnellement, le goût légèrement chamallow me dérange plus que celui du sucre ordinaire mais il est vrai qu’elle est plus fine et malléable que ses consœurs. A double tranchant : elle est de ce fait plus délicate à travailler…Je la colore avec des colorants alimentaires en gel, ça marche bien même si c’est plutôt fastidieux à faire. L’intérieur du gâteau était réussi grâce à ma recette fétiche de moelleux-au-chocolat-cake-design garni d’une ganache chocolat blanc-coco. Deux ingrédients qui rythment ma vie depuis le début de l’année : mon corps réclame du chocolat et de la noix de coco à outrance. Comme le dit la très pomponnée Louise Bourbeau, « Ecoute ton corps »: j’adore ce concept.

 

Chers lecteurs, merci d’être toujours là, et à bien vite pour des nouveaux articles printaniers🙂

 

 

Cécile

 

Bon bout d’an(anas) !

IMG_0783

 

 

Chers amis, lecteurs, gourmands et défenseurs des libertés en tous genre, voici encore un article pour célébrer la pâtisserie mais aussi l’unité, l’amitié et le plaisir de partager.

Ce gâteau n’est pas resté à l’air libre bien longtemps. J’ai cherché longtemps un fruit qui plairait à tout le monde, quelque chose de différent. Et là, ô illumination, voici que l’ananas pointe le bout de son nez…

Un gâteau tout ananas, à mille lieues du moelleux à l’ananas de l’hôpital. Une patisserie facile à manger après ripaille et apéro intense, à quelques minutes du changement d’année.

J’ai donc posé sur un sablé breton maison, une compotée d’ananas vanillée (bien desséchée pour ne pas imbiber le biscuit), un crémeux à l’ananas fait avec le jus du fruit, et en alternance en déco, des morceaux du fruit et de la gelée de jus. Oui, TOUT ananas !

Et bien ma foi, tout le monde semble s’être régalé, à part un incident de parcours où une part a fini dans le visage d’un convive. Mais comme 2015 s’annonce pour ma grande famille comme une année de tolérance et d’acceptation de l’autre, qu’importe, pourvu qu’on ait la liberté de rire encore et encore !

Il me reste à vous souhaiter encore une très bonne année, aimez vous les uns les autres et faites vous plaisir, en pâtisserie comme dans tout autre domaine !

 

Pâtissièrement vôtre, Eva.

 

10915264_10152908507403898_1092467725457996475_n

Galette des reines

IMG_4441

Personne ne peut traverser janvier sans galette des rois…Innocemment, j’ai cru pouvoir l’éviter cette année et puis on m’a tendu de nombreux guets-apens! Galettes de pâtissiers (dont celle de Guillet à Valence, feuilletage hyper léger et frangipane pas trop lourde, une bonne surprise), galettes maisons à foison…J’ai craqué. Me voilà donc en train de tester une énième version de la galette des rois avec une crème d’amande à l’Amaretto. IMG_4443La galette me fascine : personne n’a la même recette, on peut la twister de mille manières différentes, et on peut aussi la rater de mille manières différentes…Et cette tradition trop chou de mettre une fève qui fait toujours plaisir aux enfants comme aux adultes! Là encore, une, deux fèves, parfois plus si le cuisinier craint le courroux des jaloux!

Ma galette des reines sortie du four, il ne reste plus qu’à la partager (en croisant les doigts pour que le fond soit cuit!).

Je pense à vous tous lecteurs, dans vos foyers, que ce soit aux fourneaux ou avec la galette du boulanger, du pâtissier ou du supermarché! En ces temps difficiles, savourons les choses, même petites, même futiles, qui nous unissent.

IMG_4446

Soyons tous rois et reines❤

Cécile

Vœux 2015

IMG_3985

Bonne année à tous!

Que 2015 soit une année faste et pleine de bonnes surprises!

Pour nous, on souhaite qu’elle nous apporte en vrac : un permis, un CAP, des lecteurs pour le blog, des livres offerts par-ci par-là, des ustensiles de cuisine, des découvertes pâtissières épatantes, des voyages (car le sucre n’a pas de frontières!) et encore et toujours, de l’amour❤

Reposez bien vos estomacs et vos foies.

Plein de crème et d’encre pour 2015!

Les mille feuilles

Cécile & Eva

Pâte à sucre pour Ninon

10850849_386460521521509_574497075_n

Il y a un mois de ça, je me suis improvisée pâtissière pour une amie qui fêtait les un an de sa fille. Loin d’égaler Eva en technique sucrée (je suis plutôt spécialiste des « gourmandises de maman au foyer », cookies, muffins et petits biscuits!), j’ai eu une pression monstrueuse! Je devais réaliser un gâteau chocolat et pâte à sucre ainsi qu’un gâteau avec crème et fruits.  N’ayant jamais manipulé la pâte à sucre (et me rappelant les déboires de certains dans Qui sera le plus grand pâtissier?) j’ai fait un micro test quelques semaines avant pour tâter le terrain. Joie! La pâte à sucre, c’est comme de la pâte à modeler pour adultes et en plus, on a le droit de la manger.

La veille du jour J, je me suis lancée dans la confection de mon premier gâteau. Rien de complexe finalement : une recette de cake au chocolat spécial cake design, de la ganache chocolat noir et de la pâte à sucre. Oui MAIS :

  • J’ai un four combi micro-ondes minuscule et capricieux. J’ai cuit deux cakes chocolat, même pâte, même moule, même chauffage. Yen a un qui a commencé à cramer et l’autre que j’ai cuit 30 MINUTES de plus. Dans cet ordre.
  • Impossible de trouver du colorant en poudre ou de la pâte à sucre colorée sur Aubenas. Obligé de jongler avec le colorant liquide qui rend la pâte à sucre collante et pénible à travailler!
  • J’ai un fils de 9 mois. No comment.

Tout ça pour dire qu’à 18h j’y étais encore pour finaliser la déco, et j’ai attaqué le second gâteau vers 20h…J’ai pris une base de fraisier (celle de Laurent Jeannin dans le magazine Fou de Pâtisserie numéro 5) et je l’ai switché en framboisier. Autant vous dire que mon four n’a pas apprécié d’avoir à cuire une génoise… Que faire des crèmes en quantités minuscules c’est vraiment galère…et que Laurent Jeannin, malgré tout le respect que je lui dois, a quand même complètement craqué d’avoir choisi une crème à base de crème pâtissière et crème au beurre. C’était assez fin et pas trop sucré mais bon…le beurre quoi. 335g. T-T Le rendu final n’était pas exceptionnel mais c’était présentable. Ouf. Fin des hostilités à 2h du matin.

10860356_386460534854841_202757269_o

Après le stress du transport (1h de route, l’angoisse…), est arrivée le moment chouette : celui où tout le monde mange tes gâteaux et te félicite. Du bonheur et plein de fierté!10482223_386457991521762_7597480006336848590_n 10849544_386460541521507_1189426170_o

C’est ce que j’aime en pâtisserie (et aussi dans la lecture!) : c’est intense❤

Une expérience à refaire!

Cécile

Crédit photo : Vincent D. Photographies

Folle de lui / Helen Fielding

IMG_3941

 

Oh Bridget, te voilà enfin de retour! Des années ont passé…La trentenaire la plus célèbre a vieilli et élève seule ses deux enfants. Rassurez-vous, elle n’a pas changé. Elle est toujours aussi maladroite, mal organisée, rêveuse et atteinte de diarrhée verbale. C’est vraiment drôle de la voir se débattre avec Twitter, découvrir la mode selon Grazia, essayer tant bien que mal de se fondre parmi les mamans « parfaites », gérer sa vie amoureuse en laissant ses enfants sous la garde de leur parrain, Daniel Cleaver…Son côté bécasse est parfois trop poussé et peut énerver…mais c’est Bridget, on ne la refait pas! Elle n’a jamais été une grande intellectuelle et heureusement pour nous, sinon elle serait beaucoup moins drôle!

Alors Mrs Jones, santé, et on se revoit quand tu seras grand-mère?

 

Cécile

 

Folle de lui / Helen Fielding / Albin Michel

Angor / Franck Thilliez

IMG_3772

« De l’autre côté du Styx, Tu m’as montré la voie »

Sharko et Lucie reviennent pour une quatrième enquête. Fraîchement parents, ils vont pourtant se lancer dans une enquête complexe et sombre. Comme d’ordinaire chez Thilliez, les ramifications du Mal sont immenses et s’étendent sans limite de frontière ou de domaine. Chaque réseau se lie à un autre comme une toile d’araignée dont le centre serait le Mal Absolu…peut-être ce mystérieux Homme en Noir?

Un thriller haletant, dense et extrêmement bien documenté, qui nous entraîne du Nord de la France à l’Espagne en passant par l’Argentine. La fin laisse présager une suite monumentale…Qu’on se hâtera de lire!

Cécile

Angor / Franck Thilliez / Fleuve Noir

L’appel du mal / Lisa Unger

IMG_3946

Première phrase : « Il y a douze lames de parquet sous mon lit. »

Polar un peu maladroit au niveau de l’écriture ( la traduction, peut-être..?) L’appel du mal surprend en choisissant d’étudier les comportements psychopathes dés la naissance. Le mal peut-il être inné? Se transmettre génétiquement? Quel enfance pour un petit psychopathe et quelle place prend la mère dans sa construction?

Ce n’est pas un ouvrage scientifique donc inutile d’y chercher des réponses précises. Cependant les pistes explorées sont intéressantes. L’histoire est un peu improbable mais ça vaut le coup de s’y plonger.

Cécile

L’appel du mal / Lisa Unger / Toucan Noir

Le passeur / Loïs Lowry

IMG_3938

Première phrase : « On était presque en décembre et Jonas commençait à avoir peur. »

Le monde de Jonas est égalisé. Chacun possède la même chose que sont voisin. Les familles sont constituées par un comité. Une seule personne sait comment la vie était, avant. Avant ce lissage des hommes, cette uniformité. Ce dépositaire de la mémoire vieillit : c’est Jonas qui est désigné pour le remplacer.

Voici un des romans qui m’a le plus marqué quand j’étais gamine. En le relisant, bien des années après, je me rends compte que j’avais oublié à quel point il était triste…J’avais peut-être moins conscience de certaines choses à l’époque. La relecture adulte m’a foutu un vrai coup de poing. A découvrir si vous n’êtes pas dans une phase dépressive!

Un film vient de sortir tiré du livre : The giver. Je ne l’ai pas encore vu mais j’espère qu’il rend hommage à l’œuvre originale.

 

Cécile

 

Le passeur / Loïs Lowry / Ecole des loisirs

Les mille et une gaffes de l’ange gardien Ariel Auvinen / Arto Paasilinna

IMG_3928

Première phrase : « Même pour les habitants du Savo, d’ordinaire débordants de sève, mourir à Kuopio est une expérience pénible. »

Ariel Auvinen vient d’être nommé Ange gardien d’Aaro Korhonen. Ariel a bon cœur et souhaite faire de son mieux mais c’est un grand maladroit. Toutes ses tentatives d’aide se soldent par un échec…et le pauvre Aaro se demande bien pourquoi le sort s’acharne sur lui!

Les péripéties de cet ange catastrophique sont divertissantes. On attend avec impatience chaque nouvelle action de celui-ci pour voir ce qui va en découler : dispute, commotion cérébrale, déraillement, incendie…Un régal!

 

Cécile

 

Les mille et une gaffes de l’ange gardien Ariel Auvinen / Arto Paasilinna / Denoël

Babylone Dream / Nadine Monfils

IMG_3929

Première phrase : « Le voile de la mariée gisait, déchiqueté, sur le sol ensanglanté, comme les ailes d’un goéland qui se serait fracassé contre un rocher. »

Nadine Monfils nous offre un roman sans sa fameuse Mémé Cornemuse (nymphomane, gâchette facile et fan d’Annie Cordy) et il faut l’admettre : elle nous manque.

Malgré le ton toujours léger et quelques personnages sympa (dont la Callas, diva boudinesque et exubérante), le sérieux des meurtres perpétrés gâche tout. Alors oui, pour une fois, je me suis retrouvée touchée de plein fouet par les meurtres commis. Un serial killer qui tue des jeunes couples heureux, quitte à zigouiller enfants au passage s’il y a, c’est trop proche de moi pour ne pas m’émouvoir. Un avis donc très subjectif sur ce roman. Je vous conseille, si cet auteur vous attire, de commencer par Les vacances d’un serial killer. C’est le plus drôle et vraiment, cette Mémé Cornemuse…j’en suis fan!

 

Cécile

 

Babylone Dream / Nadine Monfils / Pocket

Play-back / Didier Daeninckx

 

IMG_3934Illustrations Jean Morette pour le Républicain Lorrain

Première phrase : « On m’avait dit : « La morgue? C’est à la gare… », en me montrant la colline rose qui prolongeait les vestiges de la fonderie, une accumulation d’alvéoles en briques noircies sur lesquels, certains jours, des adolescents s’essayaient à l’escalade. »

Patrick Farrel écrit à droite, à gauche : prospectus, publicités et textes divers. Tout est bon pour gagner un peu d’argent en attendant la publication d’un de ses romans. Il est soudain contacté par une maison d’édition pour officier en tant que nègre. Il sera la plume d’une chanteuse lorraine au top de sa carrière. En cherchant de la matière pour sa biographie, il va découvrir une vérité bien triste.

Lorraine (entre autre) d’origine, quelle surprise de tomber sur un polar qui a comme horizon les hauts-fourneaux! Quelle autre région aurait pu mieux convenir ici pour transmettre cette sensation de misère, d’un endroit qui était prospère mais qui n’est plus peuplé que de fantômes désormais…

Un gros carton rouge, quand même, pour le titre. Il aurait pu trouver plus mystérieux…

Cécile

Play-back / Didier Daeninckx / Folio Policier

Le manoir des immortelles / Thierry Jonquet

IMG_3950

Première phrase : « Numéro 52 était un petit bonhomme rondouillard, au crâne chauve protégé de la froidure par une toque d’astrakan noire. »

Des hommes remplacés par des nombres, des hommes sans tête, un homme qui gouverne les morts, un homme en sursis, une femme. Lola, lascive, dans son manoir. Autant de points à relier. Et voilà le lecteur bercé par la plume noire de Jonquet, soudain il se sent las, quelle issue les hommes pourront-ils trouver…à part la folie?

Thierry Jonquet, encore un de mes chouchous… Il a écrit notamment le splendide Mygale (Folio) que vous avez peut-être vu adapté au cinéma par Almodovar sous le titre La piel que habito.

 

Cécile

 

Le manoir des immortelles / Thierry Jonquet / Folio policier

Glacé / Bernard Minier

IMG_3951

Première phrase : « de : Diane Berg Genève à : Dr Wargnier Institut psychiatrique Wargnier Saint Martin de Comminges »

Rien ne m’enchante plus qu’un thriller avec un centre psychiatrique, un psychopathe vaniteux et intelligent, le tout enrobé de neige et de montagnes. J’ai failli passer à côté de celui-ci à cause d’un jugement trop hâtif (titre pas terrible, couverture kitsch…) mais Eva m’a fait changer d’avis.

L’ouverture du thriller met tout de suite dans l’ambiance : découverte du cadavre à moitié dépecé d’un cheval, en haut d’une usine hydroélectrique située à deux mille mètres de hauteur. S’ensuit une enquête qui s’enlise dans un bourbier de secrets bien gardés…Hyper-efficace.

 

Cécile

 

Glacé / Bernard Minier / Pocket

Damnés / Chuck Palahniuk

IMG_3931

Première phrase : « Satan, es-tu là? »

Ce bon vieux Chuck, surtout connu pour le célèbre Fight Club, récidive avec cette fiction déjantée qui balaye toutes les idées qu’on a pu se faire sur l’Enfer. Imaginez un endroit crade, rempli de tout ce dont vous vous débarrassez sournoisement quand personne ne regarde : rognures d’ongles, peaux mortes, sperme…Imaginez des démons qu’il faut soudoyer à grand coup de Kinder et autres sucreries. Et au milieu, Madison, 13 ans, petite boulotte et fille de milliardaires névrosés. Le récit saute des aventures de Madison en Enfer à la vie qu’elle menait avant d’y être. Chuck se délecte à faire le portrait des parents riches, célèbres, sans aucun sens des réalités et bourrés de contradictions. Il décape la jolie image bien rose qu’on se fait des peoples et ça l’amuse follement. Oui, bon, je n’en sais rien. Mais j’aime cette image complètement fantasque de M. Palahniuk en train de taper furieusement son texte avec une expression de bonheur hystérique. Un peu comme Jack Nicholson sur l’affiche de Shining.

Bref, lisez-le. Et n’oubliez pas les Kinder, Mars et consorts dans vos poches. On ne sait jamais…

 

 

Cécile

 

Damnés / Chuck Palahniuk / Sonatine

Marché de Noël, la grande aventure

10806376_1584057735160765_3293040425381175384_n

 

Chers lecteurs, acheteurs plus ou moins compulsifs, arpenteurs de marchés en tous genres; nous voici aujourd’hui réunis pour écouter la graaaaaande histoire des Mille Feuilles au marché de Noël (du moins sa moitié pâtisserie).

Prenez un chouette chef cuisinier, heureux propriétaire d’une auberge où la nourriture fleure bon les produits frais et où le vin nature coule à flots : Robin, de l’auberge d’Ailhon. Associez-le à une passionnée de pâtisserie et de littérature : votre serviteur. Agitez le tout autour d’un thé à l’heure du goûter et vous obtenez l’association de deux trublions prête à en découdre avec les marchés de Noël (ça fait froid dans le dos, hein ?).

Dans l’intention de secouer vos papilles parmi les pains d’épices et sucres d’orge, les babioles irisées/pailletées/clignotantes/chalala-lala-la-laaa, les peintures sur lauzes et porcelaines; nous avons décidé de vous proposer des macarons sucrés et salés.

Rendez vous était pris le 30 novembre à Lentillères, dans un froid froid et une pluie à faire pâlir le plus aguerri des bretons de souche.

Dans une chouette ambiance de guinguette, vin chaud (fort bon ma foi) et pizzas dans le four communal ont réussi à adoucir le temps. Heureusement, les personnes ont fait le déplacement à l’heure du goûter; avant l’abus du délicat breuvage qui m’a laissé le nez rougi tel Rudolf le petit renne.

Le temps d’abord clément nous a forcé cependant à nous rapatrier DANS l’église, DEVANT LE CONFESSIONNAL.. Non, ce n’est pas un blague, sinon celle de très mauvais goût d’une instance supérieure décidée à nous jouer des tours pour avoir oser la grande aventure du marché. Avouez, rester des heures dans le froid à attendre que les gens viennent vous observer, vous et votre marchandise; jetés en pâture aux lions, vous en rêviez pour vos prochaines vacances ?

 

10477907_1584057751827430_4266716437876183525_n

 

 

Cependant l’ambiance était fort bonne, notre voisine polynésienne formidable (merci Sylvie de chez Noa Noa) qui sentait bon le tiaré, ma copine Zazoo non loin, avec son joli stand feuillu et coloré; et le vin chaud formidable. Ah ? On me dit dans l’oreillette que je me répète. Hem…

 

Trêve de plaisanterie, nos macarons sont tous partis: foie gras, panais/lard fumé (malheureusement victimes d’un dommage collatéral entre le frigo du resto et le frigo d’expo) en salé; châtaigne/mandarine, chocolat blanc/praline rose, chocolat croustillant pour le sucré; tels étaient les saveurs proposées ce jour là.

 

 

10527390_1584057781827427_4314210811321212711_n

 

Un succès pour cette première aventure, éreintante mais très enrichissante. Vous pourrez nous retrouver pour une prochaine édition à Aubenas, place du château les 21 et 22 décembre avec des macarons par milliers pour décompresser des enfants à fond sur papa Noël et les poneys déguisés en rennes. Venez, ça va être chouette et gourmand !

 

Merci à la dame qui a acheté tous ceux au chocolat d’un coup d’un seul.

Merci à l’organisation.

Merci à St Joseph qui veillait sur notre frigo.

Merci Robin et Anne pour le projet.

Merci au vin chaud.

 

A très vite !

Noëllement vôtre.

Eva

 

Le premier anniversaire de Juniore

10624745_1581927842040421_3987540956049182337_n

 

Le 11 novembre, il y a un an, naissait Mademoiselle A. (bon, surtout y’avait ma pote Tit’ qui poussait afin d’expulser un enfant de son corps… rendons hommage à ces mères rouge tomate, suantes et hurlantes).

Maintenant que les dents poussent et les premières couettes peuvent se faire, on peut oublier ces instants de douleur et trinquer à la santé de ce petit être magnifique et blond à l’air perplexe. Merci Mademoiselle A. de ne plus pleurer à la vue de mes cheveux roses…

 

Qui dit anniversaire dit gâteau. J’ai sorti une version automnale de la tropézienne, et qui dit automnale dit : « je ne peux plus bouger de mon siège, quelqu’un me ressert un thé/une bière/une poire/quelque chose qui m’hydrate ».

Je crois que j’ai tendance à trop nourrir mes amis.

 

Donc, se logent dans cette pâte à brioche fabuleuse pétrie à la main (je réitère pour Noël j’ai aussi besoin d’un robot – kitchen aid ou kenwood c’est à vous de voir -) : de la ganache au chocolat noir, de la crème montée au chocolat au lait et de la gelée de fruits rouges. C’est une bonne alternative à la tropézienne classique, je n’y avait jamais pensé avant mais je pense que je vais en faire plusieurs variantes selon les saisons et les goûts des copains (chocolat, chocolat, chocolat, foie gras, chocolat, chocolat….).

 

En résumé, un bon gâteau d’anniversaire à partager entre amis à l’heure du goûter (merci à l’équipe de derby pour m’avoir permis de l’éliminer après à l’entraînement) autour d’un thé (Margaret’s hope du Palais des thés).

Et surtout, longue vie à Juniore ! A l’année prochaine !

 

Chocolatement vôtre.

Eva

La Forêt Noire de Guillaume

10703629_10152713162943898_5854533307816115236_n

 

Bonsoir public ! Ayant retrouvé internet (je fais tout trop comme Cécile parce que c’est ma keupine),  je puis maintenant vous faire partager mes recettes de ces derniers mois.

 

Aujourd’hui c’est la forêt noire.

Mmmmmmmmmh la forêt noire, ses cerises confites ultra alcoolisées qui te donnent l’impression d’être un grand quand tu as 8 ans (c’est pas un gâteau pour les américains, ça !) et qui t’arrachent la bouche comme un Mon Chéri, cette crème ultra lourde qui te donne envie de demander 4 ristrettos à ta mamie pour être capable de conduire… Mais non ! Ca c’était avant !

Flore m’a contacté pour faire une surprise à son namoureux (coucou Flore! oui ici, on est corporate, tous les asiatiques d’aubenas finissent par se croiser) après avoir vu l’épisode du meilleur pâtissier consacré aux forêts noires. Seules contraintes : pas trop d’alcool pour que le petitou puisse en manger sans expérimenter les joies du kirsch, et pas trop de copeaux parce que Flore, et ben, elle aime pas ça.

Je me suis donc armée de tous les bouquins disponibles afin de trouver cette recette qui m’évoque un gâteau de vieux pâtissier – j’entends par là qu’on ne croise plus très souvent ce gâteau en vitrine – et le fameux Mon chéri.

Voici la bête (bon d’accord mes photos ne sont toujours pas très jolies mais si quelqu’un a un reflex à m’offrir pour Noël ou le budget pour réparer l’objectif de mon smartphone, je prends).

 

1620417_10152713167293898_3933816640586579042_n

 

Donc, la forêt noire, c’est un biscuit au chocolat, des griottes, du kirsch et de la crème; pour la déco des copeaux de chocolats.

Mon biscuit aurait mérité un peu plus de moelleux, je l’accorde, mais le goût était bon. Imbibé avec du sirop, il a accueilli une crème montée (avec légèrement de mascarpone, pour la tenue) et des cerises confites que j’ai laissé mariner dans le kirsch pendant deux jours pour leur donner du goût.

J’ai dressé le tout de telle manière à ce qu’on voie bien la crème (dressage à la douille St honoré que l’on ne voit pas sur la photo) et que les copeaux ne prennent place que sur la base.

Bon, j’avoue, j’ai mangé les parures (mais c’était pour la bonne cause)  et c’était vraiment bon, pas sucré, pas lourd, pas trop alcoolisé et au final je pense que c’est ce qui sauve ce dessert, de ne pas le surcharger en kirsch.

Les retours ont été positifs donc je suppose que c’était une réussite pour moi comme pour la surprise d’anniversaire (même si on a failli perdre la voiture quand le frein à main a lâché au milieu de la place).

 

Kirschement vôtre.

Eva

Cerdini / Aubenas + Angor / Frank Thilliez

DSCN1173

Il est vrai que je déménage dans deux jours et que j’ai encore beaucoup à faire. Cependant, Marianne Pasquet (illustratrice talentueuse, allez voir son atelier!) m’a offert ces macarons hier…on ne peut décemment pas laisser un macaron rassir! Ce n’est pas ma gourmandise préférée mais le macaron de Guillaume Cerdini est bon et pour moi le meilleur d’Ardèche. Accompagné d’un petit Thilliez bien frais…l’accord parfait! Mon avis sur ce roman dès que je finis. Après les cartons. Encore une page ou deux et je m’y mets…

 

Cécile

Les brioches (tests C.A.P., première)

10685523_10152690469363898_6006731767163042531_n

 

10703645_10152690469238898_9161564373092528127_n

 

 

Bon, j’ai fait des brioches, de toutes les tailles, avec ou sans pralines -les hommes n’aiment les pralines- pour tester la technique pour le C.A.P. Je les trouve pas mal et je dois dire que la texture est aérienne mais avec quand même de la mâche et du goût.

Bref, y’a encore du boulot sur la pousse mais je suis plutôt satisfaite du résultat vu l’état de mon four à gaz. Vous saurez donc que pour le petit dèj, je suis AUSSI dans vos têtes…..

 

Eva

Le Baba de Rita

10407676_10152682519028898_120479518738747828_n

Après le teaser de mon binôme, j’étais obligée de vous parler de mon premier baba au rhum.

Etant particulièrement axée sur la pâte à brioche ces temps-ci; et étant en pleine réalisation d’un gâteau d’anniversaire pour ma copine Rita (bon anniversaire Rita !), je me suis dit, pourquoi ne pas allier les deux ?  Elle aime le rhum (avec modération) et c’est l’occasion de dépoussiérer le baba au rhum + pâtissière + fruits pas du tout de saison que l’on peut trouver en pâtisserie « classique ».

Me voilà donc partie sur une base de recette de chez Lenôtre, assez confiante, une texture qui colle bien aux doigts sur le pétrissage (non, je n’ai toujours pas de kitchen aid, je me sers donc de mes doigts), et un aspect pâte à brioche trop hydratée. Hop, dans le moule à savarin pour une petite pousse au chaud.

Miracle ! (C’est mon moment préféré de la pâte à brioche.) La pâte a levé, direction le four pour arriver à une dorure qui te balance une bonne poignée de paillettes à la tête; c’est beau.

1501762_10152679838968898_3128685208678888984_n

C’est parti pour refroidir un peu puis, imbiber, imbiber, imbiber, imbiber, imbiber au sirop de rhum (et ingrédient secret).

Après un rapide coup d’oeil dans mes placards, je me lance sur une ganache montée chocolat blanc et des petites pralines roses qui viendront garnir ce baba.

10407676_10152682519028898_120479518738747828_n

Un montage à la douille St Ho (oui, je ne dis plus Honoré, on se connaît bien maintenant) en mode « si je me loupe c’est moche et tout le monde le verra » pour cette crème que j’ai teinté en rose – bah oui, Rita c’est une fille et puis même si c’était un garçon, on sait que le bleu n’est pas une teinte de gâteau très heureuse; et que je n’ai pas de colorants pour faire le drapeau de la belgique- des éclats de praline dehors ET dedans, un peu de sucre teinté noir pour le contraste et le baba est dressé, fièrement, jusqu’au moment de prendre la voiture.

10592868_10152682519283898_4730683714186277335_n10407778_10152682518638898_2141113107638444943_n

Finalement, le baba est arrivé chez Rita entier et sans dommages.

A la dégustation, j’aurais pu plus l’imbiber mais ça aurait été perdre quelques gourmets délicats du palais. La crème se tient, n’est pas trop sucrée même pour du chocolat blanc, et les pralines font leur boulot.

En somme, un bon baba de princesse qui mérite la réhabilitation devant le tribunal des desserts oubliés.

Eva

Le hacking est encore loin

IMG_3713

Je ne suis pas nulle en informatique…mais je ne suis pas douée pour autant. Hier, miracle, j’ai appris à faire des liens! Vous pouvez ainsi cliquer sur les mots en gras noir (parce qu’il y a du gras gris aussi, mais sur celui-ci cliquer ne sert à rien…) dans les articles pour ouvrir un site pâtissier, un autre article, etc. Les possibilités sont infinies. Laissez-vous surprendre.

Pour exemple, ça c’est du gras GRIS et celui-ci du gras NOIR !

 

Cécile

Merci !

IMG_6859

Merci à tous ceux qui suivent notre blog qui débute, mais qui suit son petit bonhomme de chemin!

Un grand merci aussi aux trois blogueuses qui ont gentiment répondu à nos mails, un petit mot ce n’est pas grand-chose mais ça réchauffe le cœur et nous pousse à continuer notre aventure!

Merci à elles, vous pouvez les retrouver sur leurs blogs :

 Au pays d’Ori, Il était une fois la pâtisserie et Saines gourmandises.

Mes chouchous givrés

10175408_620796881344650_1601663127_a

Hier, en regardant La Reine des Neiges, j’ai eu enfin envie d’écrire un article sur mes glaciers favoris en Ardèche. C’est hors sujet en plein automne, mais rien ne vous empêche de garder ces bons plans pour l’année prochaine. Précision: il s’agit là d’un choix tout personnel. J’ai, après mûre réflexion, décidé de ne parler que de mes favoris. Il y a des glaciers qui me laissent indifférente, d’autres avec lesquels j’ai eu de très mauvaises expériences, cependant j’ai beaucoup d’amis gourmands qui m’en disent du bien et les préfèrent à mes chouchous. J’en déduis que comme pour les pâtisseries, chacun ses goûts, ses envies…donc priorité à la critique positive. Même si je garde en travers de la gorge ce cannelé RASSI qu’on m’a servi sur ma coupe de glace, une fois. Passons. En avant pour la fraîcheur!

IMG_3026

Le Food Inn Paysan

52 rue Jean Jaurès

07600 Vals les bains

Ce n’est pas un glacier mais un petit endroit où se délecter de produits bio et locaux, avec des assiettes de dégustation remplies de petites choses faites maison (gaspacho de tomate, flan de légumes,etc.). Si je le mentionne ici, c’est que grâce au Food Inn, j’ai fait connaissance avec la glace du Château de Craux, qui est une petite tuerie. Ci-dessus: vanille au lait de chèvre, c’est doux et onctueux…saupoudré de myrtilles fraîches et de chantilly maison…parfait, et 100% ardéchois!

 

IMG_2695

Le paysan givré

Si vous voulez le croiser, cherchez-le sur les marchés bio, les manif alternatives ou écolo! Son petit chariot est rempli de sorbets divins 100% faits maisons, de la plantation du fruit dans le verger à la cueillette puis à la confection givrée! Les parfums sont parfois étonnants, comme « casseille ». Pas de feinte, tout est dans le nom: le goût de la casseille se situe entre cassis et groseille! Vous pourrez aussi admirer la confection des cornets à la main à côté du chariot. Gros coup de cœur pour la châtaigne.

 

DSCN0922

Pierre Chauvet

42 Bd Gambetta

07200 Aubenas

Mon adresse préférée pour un cornet de glace qui accompagne le lèche-vitrine au centre-ville. Je n’aime pas leurs coupes qui sont vraiment trop sucrées mais une petite boule par-ci, par-là, avec joie! Je suis fan de leur technique « tulipe » pour mettre leur deuxième parfum. Cette année, ils ont également ajouté un petit biscuit frappé de leur nom, c’est snob et mignon à la fois. Leurs glaces sont hyper gourmandes. Crémeuses et sucrées, elles font revenir en enfance!

 

 

IMG_2264DSCN0771IMG_2687

La Fabrique givrée

3 place de l’hôtel de ville

07200 Aubenas

LE glacier qui a fait parler de lui cet été. Et oui, avoir son chef glacier qui passe à la télévision dans « Qui sera le prochain grand pâtissier », ça aide. Forcément, influençable comme je suis, il a FALLU que je teste quasiment toute la carte afin de déterminer si oui, il avait mérité sa place dans cette émission. J’y ai laissé un rein mais ça en valait la peine. Prendre une glace là-bas, c’est partir à l’aventure. Tu sais que ça ne va pas être la boule de glace C…. d’or avec sa sauce chocolat en pot de 5litres et sa chantilly toute fade. Tu sais qu’ils vont…TE SURPRENDRE (je vous entends, les filles, faire hiiiiiiiii derrière votre écran!). Il y a des choses très inattendues comme de l’aubergine avec de l’huile d’olive et des morceaux d’olives noires craquants. Du plus classique avec le traditionnel meringue-marron-vanille. Je ne vais pas vous détailler chaque coupe car il y en a beaucoup…j’en ai dégusté environ 11…Certaines plus réussies que d’autres, mais à chaque fois la même délicatesse, le même équilibre en sucre au niveau de la coupe dans son ensemble et les éléments qui se mélangent, du craquant, du fondant, du frais, du croustillant! Dans la série « petites coupes », mention très bien pour la Startelette et ma favorite, la Breakfast.

IMG_2229

Vous avez déjà vu Ratatouille? Le Disney? (Si la réponse est non, il faut le voir.) Attention spoiler… Vers la fin, quand le critique culinaire déguste la ratatouille préparée par Rémy, il se retrouve propulsé dans son enfance. Les saveurs de cette ratatouille ont fait ressurgir les sensations qu’il avait lorsqu’il s’attablait devant celle de sa mère. Et c’est tout un univers qui reviens en une bouchée, la douceur d’une maman, l’odeur des légumes qui flottent dans la pièce, la première cuillère chaude et réconfortante dans la bouche…L’émotion.

Je l’ai vécu. En glissant ma cuillère dans ce pot pour prendre toutes les couches et en la portant à ma bouche, je ne savais pas ce qui m’attendais. A peine dans la bouche, je me suis revue gamine, à table pour le petit déjeuner avec ma mère, engouffrant tartine sur tartine de pain de mie grillé-beurre-fraise. J’ai cru que j’allais pleurer c’était fou. Rien que d’en parler ça me fait des frissons! Je n’ai jamais osé reprendre cette coupe, par peur d’être déçue. Si la magie n’opère qu’une fois, je veux garder ce souvenir intact!

Je ne peux pas vous promettre que vous vivrez d’aussi intenses émotions en goûtant leurs glaces. Si vous déjeuniez aux Golden Grahams, aucune coupe ne vous rappellera ce moment. Pour l’instant. Qui sait? Ils sont créatifs!

 

 

Retrouvez également le duel glaces en pots Fabrique Givrée VS Pierre Chauvet sur le blog…

 

 

Cécile

 

Pâtisserie Guillet / Valence

DSCN0345

A Valence, il y a du vent, c’est comme ça. Même quand il fait beau et chaud. Pour éviter de m’envoler, rien de tel que de lester mon corps avec un peu de sucre…Je suis rentrée dans la première pâtisserie que j’ai croisée sur mon chemin: Pâtisserie Guillet, 1 rue du champ de Mars, 26000 Valence.

DSCN0357

J’étais d’emblée séduite par l’entremets en forme de raviole, spécialité du Dauphiné et donc de la Drôme. Merci au correcteur d’orthographe au passage qui vient de m’apprendre qu’un entremets au singulier prend quand même un s, car cela vient en toute logique « d’entre les mets ». Dommage que le dit correcteur ne corrige pas mes nombreuses fautes de conjugaisons…pardon pour vos yeux T-T

Bref, revenons à Guillet. Oh que son éclair et son chou sont divins. Quand la pâte à choux et la crème dansent un slow langoureux sur ma langue avant de finir dans mon estomac avec leurs copains rhum et vanille, je me sens au paradis. J’étais par contre très déçue par le reste: pas de croquant, de croustillant…tout était mou et très sucré.

Petite exception pour le gâteau vert en haut à gauche. Trop sucré aussi, mais il m’a rappelé la cassata sicilienne dégustée en amoureux en Italie alors que j’étais enceinte. Souvenir précieux…Jolie émotion qui est remontée grâce à ce gâteau pâte d’amande et fruits confits.

cass

Bonheur❤

Cécile

Pâtisserie David / Bordeaux

DSCN0961

Ma rencontre avec la pâtisserie David…c’était mythique! J’avais ouï dire qu’un MOF (Meilleur Ouvrier de France), David Capy, avait ouvert une boutique sur Bordeaux. Toute contente, je note l’adresse avant de partir en vacances…puis je perds le papier. Grâce à la magie d’internet, mon frère retrouve l’adresse (4 place du Pradeau) et en route pour une dégustation prometteuse…De nombreuses rues plus loin, les pieds échauffés par une visite de Bordeaux toute la journée (mais quelle idée de mettre des talons, aussi), ma petite équipe de gourmands tombe enfin sur la pâtisserie. « Tiens, quelle bonne surprise » me dis-je, « un MOF qui ne mets pas en avant son titre en gros sur la vitrine, il est modeste, c’est tout à son honneur! ». Logique quand on apprend par la suite que ce David n’est pas le David que nous cherchions! Une erreur que je bénis une fois la première cuillère en bouche! La boutique en elle-même est très épurée, ça manque un peu de chaleur mais c’est esthétiquement réussi.

DSCN0963Voici notre sélection non exhaustive:

  • un macaron framboise & rose
  • une tartelette mangue-passion
  • une tartelette au citron
  • un paris-brest
  • un écureuil (choco-noisette)
  • un petit original dont j’ai oublié le nom…macha, chocolat blanc et abricot

Comme je ne suis pas une experte, je vais avoir du mal à vous commenter la dégustation par des mots bien choisis…je ne peux que vous dire que la bande-son ressemblait à peu près à ça: « mmmh…ooOoOOh, ah oui! oh là là, mmm! » C’était si bon, si délicat, si bien équilibré au niveau des textures, du sucre et des saveurs! J’ai particulièrement été emballée par le croustillant du fond des tartelettes. Lors de mon prochain passage à Bordeaux, je testerai le reste…et si mon porte-feuille le veux bien, je prendrai un gâteau de chaque!

Conclusion: merci David Capy, de nous avoir fait découvrir sans le savoir David Nordera! Coup de cœur géant!

 

Cécile

Le Merveilleux

10469752_10152648876643898_5755589475430499504_n

Ceci n’est pas un gâteau, c’est un Merveilleux ! Spécialité du Nord (oui le vrai, le même que dans les Ch’tis VS les Belges VS les Marseillais VS le reste du monde), il est essentiellement composé de CHOCOLAT !

Bah quoi, c’est l’automne, y’en a marre des fruits !

10614276_10152648401078898_2721234039938471714_nTout d’abord, une base de meringue aux amandes, bien craquante dehors et moelleuse dedans.

Dessus, une couche de crème fouettée au chocolat (j’ai fait un mélange de chocolat noir 61% et de lait caramélisé pour plus de douceur); une autre couche de meringue, et une autre couche lissée de crème.

Un décor en feuilles de chocolat bien fines pour le craquant et le visuel, une petite touche de sucre glace pour le contraste et le tour est joué !

Résultat à la coupe : un gâteau qui se tient !

10616043_10152649313558898_5508569111917261172_n

A la dégustation, un crémeux/fondant/craquant/moelleux (oui j’aime les slash) pas trop sucré (vous commencez à me connaître petits coquins)…

Conseil oenologie: Nedjma de chez Gilles Azzoni (St Maurice d’Ibie)

Merveilleusement vôtre…

Eva

playlist rédactionnelle du jour: Noir Désir- Ernestine, l’Europe, Le vent nous portera.

Reprise de la saison pâtisserie / Objectif C.A.P. 2015

10401976_10152550584228898_8349967955573824427_n

Bon, fini de glander à regarder les châtaignes tomber et à les flamber au rhum avec les copains…

984203_10152633545228898_6959170413027238086_n

Votre serviteur (non, ne vous enflammez pas, je ne vous ferais pas le room service et des massages thaï avec finition au chalumeau pâtissier), va se lancer dans le passage du C.A.P. en candidat libre, étant donné que le numerus clausus se résume à 3 – oui TROIS- places pour 2015.

Je m’emploierai donc à vous faire partager cette expérience culinaire jusqu’à l’examen; et pour les plus proches, à vous inviter à déguster les tests !

Espérons que cela me mène au diplôme avec succès (au chocolat, ah!) pour notre plus grand plaisir collectif….

Rendez vous en février…

Pause estivale (ou pas…) / Festival Paradox

1910488_10152536899268898_2658089525129792802_n

10429437_10152533753783898_2280107830110455392_n

Bonsoir public ! Je reprends du service après 2 mois à batifoler à travers champs, à profiter des festivals, de la rivière, et du restaurant qui nous fournit toutes le semaines en daube et frites….

Début Août, je me suis lancée dans une grande aventure bénévolesque avec ma keupine Aurélie (elle aussi infirmière de son état), m’occuper du catering du festival Paradox au château de St Michel de Boulogne. Et quelle aventure !!! Des centaines d’assiettes à sortir en salé et en pâtisserie pour des bénévoles affamés (ça mange ces bêtes-là !) et de la cohésion d’équipe à cimenter à grands coups de truelle de crème de marrons.

10570532_10152518617668898_6376436069011991640_n

Au programme, les menus salés pour les costaud(e)s et de la pâtisserie tous les jours pour soigner les petits bobos et calmer les nerfs de ceux qui sont sous pression (où est le jus de coco de Clara Motto ??? A t-on pensé à la couleur de la housse de couette de Johnny Hallyday ???).

10456016_10152537029218898_9193005781765400271_n

Voilà le premier apéro au choux chocolat (la tarte au citron de midi ayant fait les frais des tests électriques – qui a allumé son sèche cheveux ?) qui a mis d’accord tout le monde.

S’est ensuivi 8 jours intensifs de cuisine, pâtisserie, montage et démontage, apéro et électro…. avec en bonus la grande soirée du samedi, avec illuminations mescalitonesques du château…

10537742_10152544715688898_6522021065083114921_n

Une date à retenir pour l’été, une expérience à faire… Merci Paradox, merci Aurélie mon binôme, Jérémie, Gaëlle, Agnès, Stefan, Laurent, Tristan et les autres….

Baillardran / Bordeaux le maître du canelé

IMG_3072

5 points de ventes sur Bordeaux (dont 55 Cours de l’intendance), une dizaine d’autres éparpillés en France : Bienvenue chez Baillardran, maison prestigieuse du fameux canelé bordelais.

Pour ceux qui ne connaissent pas, le canelé est un petit gâteau à la vanille et au rhum, moelleux en dedans et caramélisé et croustillant à l’extérieur.

IMG_3074

Il est décliné en plusieurs tailles, du petit à avaler en une bouchée au gros dans lequel il faut mordre sauvagement. Les canelés Baillardran restent à ce jour mes préférés. Ce sont les seuls qui arrivent à ce croquant unique de la coque. Il me reste cependant à tester les canelés de la Toque Cuivrée qui ont aussi leur petite réputation. Et s’ils sont meilleur, tant mieux pour nos bourses, car chez Baillardran, le canelé est un bijou, et ça se ressent…

 

Cécile

Pâtisserie François / Bergerac

IMG_2953

Bergerac, plus connue pour Cyrano que pour ses gâteaux, possède une pâtisserie en or : François (5 rue Sainte Catherine, 24100 Bergerac). Une bien jolie boutique au centre-ville et un beau choix de petits gâteaux ainsi que des cakes, des chocolats…

IMG_2980

J’ai choisi un fraisier, un vermillon (fruits rouges) et une crème d’ange (vanille). Les présentations sont originales : clinquant pour le vermillon (c’est la première fois que je vois associé un jaune pétant et un rose-violet en pâtisserie!), doux pour l’ange niché dans un petit tissu et protégé par une petite boîte en bois, fun et gourmand pour le fraisier dans son pot tout chocolat! Quant à la dégustation…ce fut un régal! Je ne me souviens plus du détail de chacun mais je me rappelle de la douceur, de la légèreté des trois. Une réussite. Je compte bien y retourner pour tester leur pâte à choux ^^

 

Cécile

La vie en rose / Toulouse

IMG_2888Maison Larnicol

La belle Toulouse nous a ouvert ses portes pour une petite journée. Disposant de peu de temps et ayant un budget restreint, nous avions prévu de nous régaler dans la Maison Pillon, un monsieur qui a très bonne réputation. Malheureusement, la boutique était fermée…et ce, toute la journée…Un petit mot sur la porte aurait été le bienvenu pour savoir si c’était fermé pour cause de congés, de travaux, et informer de la réouverture!

Nous nous sommes rabattus sur le plus visible, place du Capitole : la Maison Larnicol (20 place du Capitole 31 000 Toulouse) . Rien à voir avec Toulouse, monsieur Larnicol étant breton! Ce meilleur ouvrier de France a tant de succès qu’il possède une vingtaine de boutiques dans toute la France. Ses spécialités, le chocolat et…les kouignettes! Qui ne sont autres que des Kouign Amann de poche. Déclinés en une multitude de parfums : amande, pistache, framboise, caramel au beurre salé…

IMG_2883

J’ai craqué (ainsi que mon Homme, toujours prêt à déguster avec moi) sur une caramel beurre salé et une framboise (petit budget! Sinon j’aurai pris une de chaque ^^). J’ai également pris quelques chocolat, pour tester.

IMG_2895

MMMmmm du beurre et du sucre! La kouignette framboise est craquante et un peu acidulée, la caramel est fondante et rappelle les pommes de la tarte tatin, c’est tout simplement magique. Attention, une par personne et par jour, ne pas dépasser cette prescription sous peine de boucher ses artères. Quant aux chocolats, bons, mais celui qui m’a emballé c’est la Boule à Jojo (oui je l’avais choisi pour son nom…), une petite bouchée pralinée à la crêpe dentelle fine et croustillante. Ah, j’allais oublier, important aussi : le service est vraiment sympa!

IMG_2873

Une petite note également sur un dessert que j’ai mangé au Yard – Burger Factory  (51 rue du Taur 31000 Toulouse). Pas de photo car il faisait nuit et que les piles étaient mortes dans mon appareil photo T-T. Une petite tuerie qui s’appelle Banoffee, à l’origine une tarte, ici présentée en verrine. C’est un dessert composé de bananes, de biscuit, de caramel et de chantilly. Et là, grosse surprise! Les hamburgers étaient très bons mais le dessert encore plus! Ce sont les bananes et le caramel qui sucraient le tout, la chantilly étant neutre et le biscuit légèrement salé pour équilibrer…Gourmand, croustillant, moelleux, fondant…une découverte. Ils font également des cookies, si vous testez, mettez un commentaire pour savoir s’ils sont aussi bons que leur banoffee!

 

Ce fut tout pour la ville rose, elle nous cache encore quelques trésors que nous découvriront une prochaine fois!

 

Cécile

 

Rentrée pour tous!

IMG_3569

Après deux semaines d’absence…il est temps de se remettre au boulot! Courage à tous ceux qui ont repris…et de grosses pensées à tous les libraires qui se débattent entre rentrée littéraire et rentrée scolaire! Et toi, oui toi le 100e client à demander le workbook 5e, méfie-toi! Tu risques de voir le libraire devenir rouge, mousser et grogner ^^ J’espère que tu cours vite!

Par ici, c’est aussi le retour de chouettes articles. Car qui dit vacances dit découvertes gourmandes😉 Notamment une petite perle bordelaise…j’ai hâte de partager tout ça avec vous. Peu de lectures malheureusement, planning trop chargé (mariage/visites/bébé/etc) mais j’ai bien envie de vous montrer quelques livres jeunesse que j’adore et qui plaisent aux petits.

A très vite!

 

Cécile

Versus / Antoine Chainas

IMG_2706

Première phrase : « Enfoiré! »

Nazutti est un homme violent. Raciste? Oui. Mais aussi homophobe, misogyne…sa haine n’a pas de limites. Un détail: Nazutti est flic. Réputé pour sucer ses partenaires jusqu’à la moelle avant de les jeter, pauvres zombies inutiles. Le petit nouveau tiendra-t-il le coup? Première enquête, et pas la moindre: pédophilie, meurtres, thérapies sexuelles pour déviants…Dans ce flot de colère, on ne sait plus qui croire, ni où trouver l’espoir.

Antoine Chainas est un maître. Il nous sert le plus antipathique des personnages, et pourtant…On se laisse berner. Il nous manipule tout autant que Nazutti. Eva vous donnera son avis à l’occasion sur son dernier roman, Pur. Après avoir lu ce dernier, Versus, Une histoire d’amour radioactive et Anaisthêsia, je mets Antoine Chainas très, très haut dans mon classement d’auteurs, sur un piédestal immense.

A noter qu’il a aussi traduit le premier roman de Matthew Stokoe, La belle vie, qui est le pire du trash que j’ai pu lire de toute ma vie. Au vu de mes lectures, imaginez ce que ça peut donner! J’ai un avis mitigé sur la belle vie car il m’a vraiment foutu la nausée tellement c’est une compilation de tout ce que l’être humain peut faire de pire. Malgré cela, l’histoire est bien ficelée, c’est bien écrit et la violence est utile pour secouer le lecteur et le plonger dans l’ambiance voulue. Donc, y a-t-il abus ou non? Mystère! Pour cela il faudrait réécrire le livre en plus soft, pour voir.

Conclusion, encore pour public averti. Le coup dans le plexus, là, tu le prends, et pas avec des gants!

 

Cécile

 

Versus / Antoine Chainas / Folio (Gallimard)

On achève bien les chevaux / Horace Mc Coy

 

IMG_2704Poser avec un livre, ya rien de plus sexy pour une femme. Le corps et l’esprit!

Première phrase : « Accusé, levez-vous… »

Robert et Gloria, deux âmes paumées sur le bord du Pacifique, s’inscrivent à un marathon de danse. C’est parti pour une grande mascarade. C’est une course effrénée à la gloire, à la reconnaissance, à ce rêve américain que ces pauvres danseurs n’atteindront jamais. Tandis que les corps se blessent, que les tensions font surface, Gloria et Robert s’accrochent, ne pensent qu’à survivre sur cette piste aussi morne et sans attrait que leurs vies.  C’est beau et désespéré.

Une histoire qui semble insignifiante au départ mais qui laisse à bout de souffle. La fin délivre, ses personnages comme ses lecteurs.

Cécile

On achève bien les chevaux / Horace Mc Coy / Folio (Gallimard)

Ta mort sera la mienne / Fabrice Colin

IMG_2703

Première phrase: « La visière de son casque est baissée et il n’y a plus en lui la moindre place pour le doute. »

Ça commence avec un air de déjà vu, des étudiants, une fusillade…et puis on plonge dans l’histoire du tueur et de la personne qu’il vise au milieu de ce carnage. Rencontres brutales avec une jeune femme dont le corps et l’esprit se dissolvent dans une secte, avec des enfants élevés dans des conditions inhumaines…Ce roman touche là où ça fait mal, là où l’homme met des œillères et abandonne ses responsabilités par facilité, là où les enfants n’ont pour seuls repères que des adultes dérangés. Les liens du sang en prennent aussi pour leur grade.

Vous êtes prévenus, c’est dur, et encore plus si vous êtes déjà parents! Pour lecteurs de polar avertis ^^

 

Cécile

 

Ta mort sera la mienne / Fabrice Colin / Sonatine

 

Merci la litté jeunesse! Terrienne / Jean-Claude Mourlevat / Gallimard

IMG_2702

Première phrase : « Etienne Virgil n’allait pas bien quand il fit la rencontre, au début de l’automne, de cette jeune fille qui s’appelait Anne Collodi. »

Un vieil écrivain solitaire redonne un sens à sa vie lorsqu’il prend en stop une adolescente singulière à la recherche de sa sœur. Cette dernière a été enlevée par un homme. Ou plutôt, quelqu’un qui ressemble à un homme…Le monde parallèle où se retrouve cet étrange binôme n’est pas si différent du notre, mais il est dépourvu de sensations et d’émotions. Ce qui pourrait n’être qu’un roman sur la relation entre cet homme désenchanté et cette fille curieuse se transforme en réflexion sur l’humanité et sur ce qui nous pousse à vivre.

Rien de mieux qu’un bon roman fantastique ou de science fiction pour ado quand on est découragés par le côté prise de tête de la littérature adulte. Ecriture simple mais efficace, pistes de réflexions, relations touchantes et bien sûr une grosse bouffée d’espoir! Car ce qui me plaît finalement dans les romans jeunesse, c’est cette possibilité qu’ont toujours les personnages de s’en sortir, de changer leur situation et pourquoi pas…leur monde au passage. Je lis tellement de romans noirs qui étouffent tout positif sous une fange de sang, de violence et de désespoir que j’ai absolument besoin de couper avec du plus gai de temps en temps!

Mes chouchous sont:

  • La trilogie de Gemma Malley : La déclaration, La résistance, La révélation (Naïve)
  • La trilogie d’Yves Grevet, Méto : La maison, L’île , Le monde (Syros)
  • La trilogie de Philip Pullman, A la croisée des mondes : Les royaumes du Nord, La tour des anges, Le miroir d’ambre
  • La trilogie de Suzanne Collins : Hunger Games, L’embrasement, La révolte

(si vous avez des coups de cœur autre que des trilogies…je prend! ça devient trop rare à trouver)

Il y a aussi des classiques du genre à lire et à relire encore comme Le passeur et L’élue de Lois Lowry ou No Pasaran, le jeu de Christian Lehmann. Je ne m’en lasse jamais!

 

Bonnes lectures!

 

Cécile

 

Philippe Segond / Aix-en-Provence Meilleur ouvrier de France

IMG_0174

Solstice, Storm cerise, Saint-honoré et Snob

Avertissement : tous ces gâteaux sont BONS. En tant que MOF il y a du niveau. Mais qui dit high level, dit « jvais chercher la petite bête » ^^

Pour tester la collection Printemps-été de Philippe Segond, il m’a fallu deux aller-retours à Aix-en-Provence. Et je n’ai pu déguster que 8 des 16 gâteaux proposés..!

  • SOLSTICE (sablé breton, crème au citron, meringue italienne au citron, citron vert zesté) : n’étant pas une grande adepte des tartes aux citrons, mon jugement n’est pas très équitable. Ce classique revisité m’a paru trop pâteux et trop sucré.
  • STORM CERISE (Pâte à chou, crème pâtissière à la compotée de cerises semi-confites) : C’est top, parfum original, et design bien flashy (rouge brillant et or). J’adore!
  • SAINT HONORE (crémeux à la fraise Mara, chantilly coquelicot-jasmin, petits choux glacés au fondant) : comme dirait Michalak, ce gâteau est sexy ^^ et en plus il est bon, que demander de plus!
  • SNOB (biscuit castel aux amandes brutes, mousse meringuée aux amandes pralinées) : super gourmand, mais le problème du praliné c’est que c’est d’un sucré! Ça fait limite mal aux dents! C’est pénible car j’adore le praliné…mais c’est toujours trop sucré pour moi :s

IMG_2640Sister abricot, Signature, Secret des sœurs et Sensation

  • SISTER ABRICOT (pâte à chou, crème pâtissière à l’abricot, crème pâtissière à la fleur d’oranger) : parfums particuliers mais quel bonheur de goûter à de nouvelles choses! J’aime beaucoup, surtout la texture de la crème pâtissière qui n’est vraiment pas habituelle, on se demande bien quel secret de chef se cache là-dessous…
  • SIGNATURE (biscuit moelleux chocolat amandes, crème onctueuse au chocolat, croustillant au praliné, mousse au chocolat, fines feuilles de chocolat craquant et fin glaçage brut) : le tout-chocolat me déçoit toujours un peu. Je n’ai pas vraiment d’opinion sur ce gâteau somme toute très classique.
  • SECRET DES SOEURS (biscuit aux amandes brutes, chou chantilly, chou Paris- Brest et chou caramel) : c’est bon, mais le concept n’est pas très heureux. J’ai finalement désolidarisé le gâteau afin de manger l’un après l’autre chaque chou, pour finir par le biscuit chocolat. Si vous croquez tout en même temps, le chocolat domine tout en bouche!
  • SENSATION (feuilletage hollandais, crème diplomate au rhum ambré agricole, sucre glace) : en parlant de sensation, je n’en ai eu aucune en mangeant ce mille-feuilles! Il est plutôt « plat », quant au rhum ambré…on le cherche, sans le trouver.

 

Bilan: au top du top sur les créations pâte à choux. Des choix bien originaux tandis qu’on reste sur sa faim avec les autres gâteaux.

Le petit plus sympa, les noms choisis par Segond, tous en S pour qu’on sache bien de qui ils sont😉

 

Cécile

 

Philippe Segond

67 cours Mirabeau

13100 AIX-EN-PROVENCE

Maison Béchard / Aix-en-provence

IMG_1978

Sur le cours Mirabeau se tient une maison réputée à Aix-en-Provence : Béchard. Je les connaissais déjà pour leurs calissons dont je suis une grande fan! Glaçage croquant et amande fondante qui ne cache pas le goût, plus subtil, du melon confit…un régal.

Lors de ma deuxième visite chez Béchard, je décidais de prendre des pâtisseries en plus de mon habituel baluchon de calissons. Méga coup de cœur pour leur tartelette aux fraises des bois. Une fraise des bois, c’est vraiment très bon, très parfumé…et rien ne vient gâcher ça, la crème comme la pâte viennent sublimer ce produit en toute légèreté. Le choux chantilly, grand classique, est aussi délicieux. Tout est réussi et de première fraîcheur. La tarte aux pommes et l’éclair sont bien mais ne m’emballent pas, manque de finesse par rapport aux deux premiers gâteaux. Pour le dernier…déception. Praliné gras et très sucré, et beaucoup de fruits secs, on en a plein la bouche, c’est écœurant!

Ce que j’en conclus…

Qu’il me faut un deuxième test😉

 

 

Cécile

 

Béchard

12 cours Mirabeau

13100 AIX EN PROVENCE

Rabanel style / Arles

DSCN0197Jean-Luc Rabanel, à Arles, c’est une ruelle entière. Son restaurant gastronomique côtoie son petit bistro.

Parce qu’on n’est pas Rotschild, on s’est contenté de ce dernier, A Côté (21 rue des Carmes 13200 ARLES). Pis le gastro, tout le monde y va, c’est ringard, c’est vrai quoi…

Deux tartes différentes avec la même base. L’une façon bourdalou (poire – amandes) et l’autre exotique (ananas). Mon amie a trouvé que l’on sentait finalement plus l’amande que l’ananas dans la sienne. Quant à moi, je me suis régalée! C’était fondant, l’amande était très prononcée, la poire fraîche et la quenelle de glace vanille bienvenue pour alléger le tout. J’adore!!!

 

Cécile

Vincent Dallet, la référence / Epernay

DSCN0603

Voici une autre adresse champenoise où trouver son bonheur sucré:

Vincent Dallet

26 rue du Général Leclerc

51200 EPERNAY

C’est un peu l’adresse-référence à Epernay, je me devais de la tester pour vous. Je connaissais déjà leurs délicieuses glaces maison…Pour varier les plaisirs, j’ai choisi (encore une fois, je n’étais pas seule à manger tout cela, je suis gourmande mais quand même) : une verrine fraise-rhubarbe, un Paris-brest, un Millenium (vanille, compotée d’abricots,etc) et un fraisier. Palme d’or à ce dernier. Je crois que je n’en ai jamais goûté d’aussi bon! Un biscuit aux amandes dense et mousseux à la fois, une crème légère vanillée à souhait et de très bonnes fraises…un régal. La verrine était très bonne également, avec ses éclats de biscuits roses bien typiques de la région. Le Paris-brest m’a moins plu car il était vraiment lourd.  Cependant sous sa crème mousseline pralinée se cachait un praliné absolument délicieux (avec de gros morceaux de noisettes craquantes). Le Millenium m’a surpris, avec sa compotée d’abricots. C’était très fin en bouche. Je n’ai pas compris pourquoi, en revanche, le pâtissier a ajouté ces deux plaques de chocolat blanc. Imprimées boules de Noël. Mystère. Le gâteau est en forme de bûche, mais au mois de juillet, ça laisse perplexe! Nous avions sélectionné quelques macarons pour finir la dégustation, qui se sont avérés bons, mais sans plus. La crème est très dense, il faut aimer.

Finalement, Vincent Dallet mérite bien sa réputation. Du plaisir dans la bouche, comme pour les yeux. Et un choix..! Ce que vous voyez en photo, ce n’est même pas le tiers de ce qu’il y a en boutique! Je me languis d’y retourner.

 

Cécile

Le fruit sucré du chêne / Magenta

DSCN0563Il y a quelque chose que j’aime par dessus tout lorsque je retourne dans ma Champagne natale. Ce sont….

les glands

Il paraît qu’ailleurs, on les appelle aussi Salambo…Plus exotique! Ces glands sont de gros choux gourmands fourrés à la crème pâtissière et décorés avec un glaçage fondant rose ou vert…Rose annonçant Grand Marnier, Vert le rhum ou parfois le kirsch. On n’est pas dans la pâtisserie classieuse qui se la pète, mais j’adore ça!

Mes préférés sont ceux de la boulangerie pâtisserie

Aux 2 perles

14 avenue Anatole Thévenet

51530 MAGENTA

Ils sont énoooormes, bons et pas chers. Sinon, les petits gâteaux sont sympa, rien d’extravagant mais de la mousse sous toutes ses formes, agréable et pas trop sucrée. J’ai bien aimé le Métisse, qui cache sa mousse sous une fine coque de chocolat. M. Savoye change régulièrement de gâteaux (j’ai un espion sur place ^^) et s’amuse avec les noms de ses créations (picpusse!). Du simple par quelqu’un qui y prend du plaisir, j’aime!

Ps: je préfère les VERTS. Au cas où…

Cécile

Bataille de pots Fabrique givrée VS Pierre Chauvet / Aubenas

IMG_2481

Dans mon congel, la bataille fait rage. Les pots made in Ardèche se tortillent d’envie d’être choisis!

Aujourd’hui, ce sont les pots de Pierre Chauvet et ceux de la Fabrique Givrée qui sont sur la sellette.

  • Esthétique: carton blanc et pots élancés pour Chauvet, plastique et pots larges pour la Fabrique. J’aime beaucoup les parfums écrits à la main pour Chauvet alors que l’étiquette qui se trouve sous les pots de la Fabrique fait trop industrielle. Cependant on peut réutiliser les pots de la Fabrique. Egalité.
  • Crème glacée: un marron fondant et gourmand pour Chauvet, une fève tonka fraîche et délicate pour la Fabrique. Préférence pour Chauvet qui me séduit avec son crémeux en bouche et ses éclats de marrons givrés.
  • Sorbet: poire délicieuse pour Chauvet, Framboise badiane surprenante pour la Fabrique. Coup de cœur pour ce dernier, un mélange réussi, très élégant!
  • Prix: 0.10ct de différence entre les deux. Rien de notable.

VERDICT: Egalité pour nos deux outsiders de la glace ardéchoise! AMAZING!

Bientôt, un article sur les glaces en Ardèche (il est terminé! C’est >>> LA). Eva se prononcera aussi car nos avis divergent sur la question. Chacun ses chouchous🙂

 

Cécile

 

Pierre Chauvet

42 boulevard Gambetta

07200 AUBENAS

 

La Fabrique Givrée

3 place de l’hôtel de ville

07200 AUBENAS

Granja Delh Gourmandas / Balazuc 07

IMG_2195Fermez les yeux, inspirez un grand coup…et ouvrez. Vous êtes dans un petit village ardéchois, tout de pierres vêtu, la rivière en contrebas et des étoiles plein le ciel…vous êtes dans un restaurant, mais ce n’est pas vraiment un restaurant. C’est un grand jardin avec de jolies tables en bois, où tous les convives savourent la douceur de vivre à l’ardéchoise. Lumières douces, brise du soir et souvent de la musique pour accompagner votre repas. Jazz manouche, chanson française, rock, funk…de calmes soirées qui peuvent se transformer en folie collective avec des rythmes fous et des danses endiablées! Laissez-vous surprendre!

DSCN0651

Et lorsque la carte des desserts arrive…c’est le drame. Que choisir? On se retrouve devant un choix de grands classiques, simples mais tous avec une pointe d’originalité. Un gros gâteau moelleux? Oui, mais aux noisettes et fourré à la crème d’orange. Un clafouti? D’accord, mais vade retro les cerises, place aux poires et au chocolat. Un fondant? Avec une crème lavande, s’il vous plaît. Le gros malheur, c’est qu’on aimerait avoir le plat entier et pas juste une part, tellement que c’est bon et que ça fait retourner aux sources (les gâteaux de maman…).

Pour les jours de pluie, n’hésitez pas à aller chez le petit frère, le Petit Gourmandas, à Aubenas. En intérieur mais avec une vue divine…

 

Cécile

 

Granja Delh Gourmandas

Rue du Portalas

07380 BALAZUC

 

Au petit Gourmandas

1 rue Silhol

07200 AUBENAS

 

Esprit d’hiver – Laura Kasischke

10584037_10152525907168898_790531979754581146_n

 

Pour celles et ceux qui aiment se plonger dans le froid des relations humaines, ou se prélasser en chapka au bord de la piscine, voici un livre qui ne laisse personne indifférent.

« Ce matin-là, elle se réveilla tard et aussitôt elle sût : Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux. »

Un livre en huis clos dans le quotidien blafard d’une Américaine blessée. Une héroïne qu’on a envie de détester, de plaindre et qui ne laisse personne de marbre. Une plongée dans la relation mère-fille défaillante et les questionnements d’aujourd’hui sur la parentalité .

Ce livre vous met dans le malaise ambiant dès les premières pages, et même s’il est assez inquiétant, vous aurez envie de le finir…

Bruit de couloir par un lecteur : « Je vais la tuer cette anti héroïne avec sa non vie »

 

Eva

 

Esprit d’hiver/Laura Kasischke/ chez Christian Bourgeois